DE IT
Étanchéité de la construction

Étanchéité de la construction

L’étanchéité de la construction, un défi pour l’ingénieur civil et la  réalisation des travaux

La plus grande partie des dommages survenant sur les bâtiments neufs concerne l’étanchéité de la construction. En général, les ingénieurs civils et les entreprises participant au projet de construction se trouvent en situation de responsabilité difficile à délimiter.

 

Celle-ci découle entre autres de la répartition des tâches au sein du groupe dans lequel aucun des participants n’a de vue d’ensemble voire le contrôle de l’ensemble du processus de construction. Les autres raisons se situent au niveau des terrains à bâtir dont la qualité est de plus en plus mauvaise et des travaux d’aménagement des caves toujours plus sophistiqués. En règle générale, en cas de sinistre, des expertises complexes et coûteuses ainsi que des procès en justice sont nécessaires. La totalité des dégâts, dommages immatériels et frais de justice compris, s’élèvent bien souvent à des millions d’euros par sinistre.

 

Cuves blanches contre étanchements traditionnels

Lors de l‘étanchement de la section transversale du béton, c’est la construction en béton armé qui prend en charge, en plus de la stabilité statique, la fonction d’étanchéité. Les étanchements sous forme de peau artificielle et autres sont ainsi entièrement supprimés. À cause de la couleur claire du béton le terme de « cuve blanche » s’est lui aussi imposé au fil des décennies pour les étanchements de la section transversale du béton.

 

Contrairement aux autres méthodes d’étanchement, les cuves blanches offrent un profil de risques techniques, qui s’exercent en interaction parfaite entre les participants à la construction, très avantageux. C’est pourquoi les cuves blanches ont réussi à s’imposer en Europe Centrale face aux matériaux bitumineux, aux enceintes en PVC et autres méthodes.

 

À condition que la conception et la réalisation soient soignées les principaux avantages que présentent les cuves blanches face aux étanchements traditionnels de surfaces sont les suivants :

  1. En règle générale, la cuve blanche est meilleure marché dès la fabrication. De plus, les coûts de cycle de vie des cuves blanches sont plus bas car elles résistent bien aux intempéries et à l’âge et sont par conséquent exemptes de maintenance.
  2. Les cuves blanches sont robustes et offrent la meilleure protection possible contre les blessures mécaniques au cours des phases de construction et de mise en service du bâtiment, d’autant que l’épaisseur du béton hydrofuge est de 25 cm minimum. Les racines ne peuvent pas traverser les cuves blanches, si celles-ci ont été construites correctement.
  3. Réduction des temps de construction grâce à la suppression de la membrane d’étanchéité conventionnelle et à sa pose.
  4. Leur insensibilité aux intempéries assure la continuité de la construction même lorsque les conditions météorologiques sont mauvaises.
  5. L’étanchement de corps complexes est également possible.
  6. Le bétonnage direct sur le mur de l’excavation avec la banche unilatérale est possible dans certaines conditions, ce qui permet d’utiliser le terrain au maximum là où il est cher.
  7. Dans tous les cas de figures, les dommages survenant sur les cuves blanches sont faciles à localiser. La remise en état a lieu à partir de la face intérieure « sèche » par injection des fissures. Il n’est pas nécessaire de creuser la terre de l’extérieur.